chapitre 15 / deuxième partie : Bella

Publié le par Néo

Prises en flagrant délit, les deux jeunes filles rebroussent chemin…

_ Toute sortie est fortement déconseillée ! Alors veuillez retourner dans vos chambres mesdemoiselles.  

                Hortensia, de son imposante stature, nous lorgnait du haut des escaliers. Après avoir passé une journée longue et fastidieuse entre nos quatre murs, Lily et moi avions émit l’idée de sortir rejoindre Jacob et Quil dehors. Malheureusement, c’était sans compter sur la présence de notre chien de garde, babines relevées sur une rangée de dents déchaussées et jaunies dues à une forte dépendance à la nicotine. Seul un petit mètre nous séparait du grand air et d’un moment agréable en compagnie de Jake, et de nouvelles fraîches. L’espace d’une seconde, je fus tentée de passer outre les injonctions d’Hortensia, et constatai qu’il en allait de même pour Lily qui fixait sans en démordre la poignée de la porte d’entrée.

_ Avez-vous été en changé en statue de sel ou dois-je venir vous déloger moi-même ? Gronda-t-elle à notre attention.

                Du coup, nous fûmes contraintes de rebrousser chemin. Je pris Lily par le bras et la conduis vivement vers la salle détente, pour éviter de croiser cette sorcière dans les escaliers. J’espérais, un peu naïvement, qu’elle s’absenterait une minute pour retenter une mission évasion. Toutefois, après avoir refermé la porte sous nous, Lily colla son oreille pour écouter les bruits de pas au travers, et appris qu’Hortensia était en train de s’installer à son poste de surveillance, l’accueil. Alors que tout espoir de sortir nous avait quittées, nous montâmes dans notre chambre.

_ Retour à la case départ, souffla-t-elle dans un soupir.

                Toute l’après-midi j’avais dû m’accommoder des va-et-vient incessants de Lily, depuis la fenêtre à l’escalier. J’avais essayé de me distraire l’esprit avec un livre, cependant j’étais bien trop perturbée par Edward pour me concentrer sur autre chose. Tantôt à revenir sur mon moment de proche intimité avec Edward, tantôt à m’inquiéter de ne pas le voir revenir. La réunion entre ses frères et sœurs traînait en longueur ce qui eut le don de rajouter à mon ennui l’anxiété. Cela ne signifiait que deux choses pour moi : soit les Cullen avaient quelques soucis à localiser Victoria et ses plans, soit Edward rattrapé son temps perdu avec moi dans les bras d’Orline.

                Avec le don d’extra-lucidité d’Alice, mon esprit optait davantage vers la deuxième option, en même temps qu’il tentait de se persuader que la première était peut-être tout aussi valable. De toute façon, ils vivaient tous les deux sous le même toit, entourés de deux autres couples et tous insomniaques. Il fallait que j’éclaircisse cette situation pour être fixée, déçue sans doute par la suite mais au moins assurée qu’il ne serait plus jamais à moi. Mais de quel droit pouvais-je réclamer des explications, réclamé des comptes à Edward ? Il était libre de faire tout ce qui lui plaisait, et Orline ne pouvait me trahir pour une liaison dont elle n’avait jamais entendu parler, tout comme Lily. L’une comme l’autre avait été écartée de mes anciennes histoires, et aujourd’hui ce secret pesant se retourner contre moi, car si Orline avait été mise dans la confidence de mon attachement indéniable pour cet homme, elle ne s’y serait jamais intéressée. Malencontreusement, mes secrets me jaillissaient en pleine tête et le choc me fut douloureux.

                Imaginer Orline et Edward ensemble était à la fois insupportable, mais si facile et évident. Tous les éléments étaient réunis pour faire de leur histoire une rencontre placée sous de bonnes étoiles, tout ce qu’attendait Edward.

                Tout d’abord la condition d’Orline, celle d’être un vampire, une transformation qui n’avait pas été le résultat de nombreuses délibérations, et de disputes. Non, elle avait été mordu par Victoria, il n’avait en rien contribué à la mort de son âme, n’était pas responsable de ce tragique accident, sauf peut-être de n’être pas arrivé à temps. Et encore, grâce à son intervention, Orline avait échappé à la mort, pour devenir un être surnaturel et immortel, tout comme lui… Et puis, à l’instar d’Alice pour Jasper, il faisait tout pour l’accommoder à sa nouvelle vie et lui imposer un régime particulier pour la garder auprès de lui. De ce fait, leur rapprochement apparaissait comme inévitable, et le temps passé ensemble se comptait autant en jours qu’en nuits, et autant de promiscuité ne pouvait que les rapprocher.

                De surcroit, à ses côtés, Edward ne serait pas obligé d’endosser un rôle qui n’était pas le sien, il ne se sentirait plus forcer de jouer à l’humain, ni même à réfléchir à ce qu’il faisait. Bien au contraire, il devait être pleinement réjouit d’être libre et surtout le sang d’Orline ne le ferait pas souffrir, comme le mien. Enfin, Orline avait toujours eut le don d’envouter tous les hommes d’un seul battement de cils, alors maintenant qu’elle était encore plus éblouissante avec son teint de porcelaine et ses yeux verts azuréen, Edward devait être tombé sous le charme. Car bien que blonde également, sa beauté ne ressemblait pas à celle de Rosalie qui était plus anguleuse avec des traits prononcés, des pommettes saillantes, alors qu’Orline bien que musclée, paraissait plus plantureuse, avec des formes opulentes. En conséquent tout aussi belle que Rosalie mais différente.

                Oui, ses deux êtres ne pouvaient qu’être ensemble, d’autant que leurs rapports n’étaient pas sans cesse contrôlés, et limités. Leurs étreintes devaient être plus passionnées elles aussi, plus fougueuses, leurs sentiments pouvaient laisser libre cours à leurs pulsions sans qu’Edward craigne de la briser ou de la tuer au moindre mouvement de trop. Il devait être soulagé auprès d’elle, ses envies d’hémoglobine maitrisées pour jouir pleinement de toutes ses capacités. Elle avait ou aurait accès à des choses que je n’aurais jamais goûtées, ses choses qu’il m’avait toujours refusé de connaître afin de me garder en vie, et rien que pour cela je l’enviais au point de la détester.

                Que devaient-ils faire en ce moment précis, où mes pensées me faisaient couler à pic dans les limbes de mon cerveau embué par la colère et l’envie ? Se rassurer mutuellement quant à la suite des évènements ? Au moins, Orline ne représentait pas cette petite chose poisseuse et sans force dont j’étais la parfaite représentante, cause de souci permanent. Au moins, Orline pourrait se défendre en cas d’attaque. Au moins Orline, aurait pu se défendre face à un vampire comme James ! Dès que les Cullen me débarrasseraient de Victoria, les deux tourtereaux pourraient convoler pour l’éternité… une éternité pour s’apprivoiser et s’aimer.

_ Pfff… saleté de vampires !

_  Humm ? Tu me parlais ? me demanda Lily

_ Rien je parle toute seule !

                En plus de me coller des nausées, mon imagination fertile avait réussi à me filer le bourdon ! Aujourd’hui, mes probabilités pour devenir un vampire étaient réduites à zéro, et rivaliser avec Orline m’était impossible. A moins que Victoria ne rate son coup et que je parvienne, je ne sais trop comment à m’échapper de son emprise juste après avoir été mordue… Non, il fallait que je me rende à l’évidence, je ne serai qu’une humaine banale et sans aucun intérêt.

                Voilà le compte-rendu de cette journée terne et pathétique !

                Regagnant notre chambre, je me laissais lourdement retombée sur mon lit avant de rebondir contre le mur. En plus d’être pathétique j’en rajoutai une couche avec ma maladresse incurable. Je me roulais en boule, un bras sur mes yeux, tout ce que j’entendais était les allées et venues de Lily derrière moi.

_ A quoi tu penses ? M’enquis-je auprès de mon amie sans pour autant bouger.

_ Rrrrr…. Cette Hortensia commence à me courir sur le haricot ! Je suis majeure et vaccinée, je n’ai donc aucun ordre à recevoir et encore moins de cette vieille chouette aigrie ! Tonna-t-elle en donnant un coup de pied dans un livre au sol, mon livre...

_ Qu’est-ce qui t’en empêche alors ? Une fenêtre ? A moins que ce ne soit la trouille ! Un grand silence tomba sur la chambre, jetant un œil par-dessus mon bras, je vis que Lily avait stoppée sa course et qu’elle me fixait dubitative.

_ Oui mais toi ? Je n’ai pas envie de courir aux urgences, d’autant qu’un vampire rode sur le campus !

_ Pardon ? Je me relevais d’un bond, les bras tendus sur mon matelas.

_ Si tu me suis par la fenêtre, il y a une chance sur deux, et encore je suis gentille, que tu te casses une jambe ou autre chose. Et si je te laisse seule j’ai peur de ne plus te revoir avec la poisse que tu as ! Ironisa-t-elle.

_ Merci ! C’est toujours agréable de se sentir inutile et douée d’une incapacité effarante.

_ Ne le prend pas sur ce ton, mais reconnais que la situation est délicate. Son ton s’était radoucit.

_ Va voir Jake ! Je me posterai devant la fenêtre pour rester dans son champ de vision, pour qu’il puisse jouer les baby-sitters à distance ! Je n’étais pas emballée mais si cela pouvais m’accorder un répit, celui de ne plus entendre Lily parcourir inlassablement la surface de la chambre, alors pourquoi pas.

_ Humm… cela me paraît possible et raisonnable. Je parodiai un salut militaire tout en lui servant une grimace pitoyable pour lui faire part de mon entendement.

                Lily croisa son regard sur un miroir et entrepris de se recoiffer les cheveux, puis elle enjamba la balustrade de la fenêtre avant de disparaître dans le crépuscule. Le crépuscule tombait déjà, j’avais cru que la journée n’en finirait pas, et voici que la nuit approchait doucement. Je ramassai le livre que Lily avait éjecté de son chemin quelques instants plutôt et m’assit près de la fenêtre, comme prévu dans le contrat.

                Comme plutôt dans l’après-midi, mon livre ne réussit à capter mon attention et je me surpris à divaguer, les yeux vagabondant dans la pénombre. Puis, mon regard tomba sur un charmant couple en contre-bas. Elle, avait la tête posait sur son torse, et lui la tenait fermement dans ses bras, laissant une main caressant le bas de son dos, et sa joue frottant délicatement sur ses cheveux. Je voyais les lèvres du garçon bouger sans en entendre les paroles prononcées, mais je me doutais de leur teneur. Ils restèrent un long moment enlacés, puis la fille leva la tête vers le garçon et ils s’embrassèrent longuement, passionnément. Un baiser auquel je n’avais encore jamais gouté. Puis leur intimité me gêna, je baissai le regard vers mon livre pour les laisser tranquilles. Je fus réjouie de constater à quel point Lily et Jake s’aimaient.

                Brusquement, je vis une main agripper le chambranle de la fenêtre avant de voir la jolie frimousse rosie de Lily, je lui tendis une main pour l’aider à se hisser. Après s’être rassurée et excusée de m’avoir laissée toute seule, Lily partit l’esprit léger prendre une douche. Repassant par la vitre, je voulus adresser un signe à Jake, mais ce dernier n’était plus visible, enfin pour moi. N’étant plus assignée à la fenêtre, je m’allongeai sur mon lit, la tête renversait en arrière, ma vision s’altérant en même temps que le sang me montait au cerveau.

                Quelques instants plus tard, j’entendis la porte s’ouvrir et des pas feutrés s’avancer vers moi.

_ La douche a été bonne ?

_ La douche non, mais le reste va te plaire Isabella Swan !

                Je me relevai précipitamment, ne reconnaissant pas ce timbre de voix, prise de panique. Mais avant que je puisse appeler Jake à mon secours, je sentis un linge humide et son odeur forte contre ma bouche et mon nez… celle de l’éther. Je cherchai en vain le visage de mon agresseur avant que mon cerveau tombe dans un sommeil profond, je basculai ma tête en arrière et ce que je vis me glaça d’effroi.

                Juste avant de m’évanouir à cause de l’éther je pus voir ses yeux… des yeux argentés qui m’éblouit. Qui était…

Publié dans fiction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Clo# 24/10/2009 16:42


Viiiiite ! je vais lire la suite !!


Néo 24/10/2009 17:12


XD pour découvrir la vérité vraie ? mais je ne dirai rien sur ses nouvelles créatures ^^


la Bella du Quebec 05/10/2009 17:34


ohhh non ses surement Victoria ou quelqu'un de son entourage mais je comprend pas comment Jake n'a pas senti l'odeur des vampire ses bisar Edward va le tuer merde

super encore un fois tu ses nous garder dans ta fic merci Néo


Néo 05/10/2009 23:18


Très bonnes conclusions... pourquoi Jake n'a-t-il pas senti les vampires... sans doute parce qu'il ne s'agit pas de vampires...


Angie 24/09/2009 21:56


c'est si simple que ça ?! O.O (je dois vraiment être bête --") des sorciers ? = ) ou heu.. Voldemort en personne =D x) en fait c'est les yeux qui me dérangent x)
(ps: pour le nain unijambiste ce n'est pas de moi ^^ connais tu le Donjon de Naheulbeuk et sa fameuse prophétie ? ^.^ )


Néo 24/09/2009 23:16


non je ne veux surtout pas que tu crois que tu es bête ^^ mais je ne peux pas t'en dire plus au risque que tu ne découvre le poteau rose.

Pour le livre je ne connais pas...


Angie 24/09/2009 18:26


ris ris :P c'est fait pour ;) :P 8D


Néo 24/09/2009 19:48


allez creuses-toi les méninges c'est une espèce connue !! On les voit partout !! même dans Harry Potter ^^


Angie 23/09/2009 20:09


bon c'est décidé! je pote plainte contre over-blog qui me supprime à chaque fois la moitié de mes coms !
j'avais donc proposé après: un humain avec des lentilles ? =D ou alors pendant un élan de folie j'avis aussi proposé un nain unijambiste dansant enroulant dans du jambon à la pleine lune avec de la
peinture argenté sur les yeux >.< (dingue nan ? xD)


Néo 23/09/2009 21:25


dingue comme théorie effectivement! j'ai le droit de rire ou pas?