chapitre 7

Publié le par Néo

Rancœur

 

Le visage fermé, les bras croisés sur mon ventre et les yeux rivés dans les siens, j’attendais qu’il me réponde. J’avais tout de l’attitude d’une fille hautaine et suffisante, je ne voulais en aucun cas lui faciliter la tâche, alors qu’en fait j’étais curieuse de connaître les raisons de sa venue dans le New Hampshire. Sa réplique fut longue à venir, un silence gênant était tombé, peut-être avais-je réussit à le déstabiliser avec seulement une seule phrase ? A la place de parler, il sortit du couvert des arbres pour se mettre entièrement sous l’éclat de la lune. Sa beauté m’éblouit comme à chaque fois, mon cœur eut plusieurs ratés et je résistais tant bien que mal à garder mes yeux fixés sur les siens. L’accélération de mon pouls devait lui fournir suffisamment de détails sur l’effet qu’il produisait sur moi. Ce qui m’insupporta au plus haut point !

Au moment où je vis ses lèvres s’ouvrir, il effectua un rapprochement vers moi, instinctivement je reculais. Si je parvenais à sentir son odeur je faiblirais et il était hors de question que je me laisse amadouer si facilement. Déjà que mon cœur faisait des sauts dans ma poitrine, il n’était pas utile d’en rajouter avec un éventuel embarras.

_ Humm… Il prit un air navré, stoppa son élan et me débita un flot de paroles. Je suis présent parce que Victoria l’est aussi. Alice à eu plusieurs visions la concernant, et si son plan d’attaque n’est pas encore déterminé, nous en connaissons son but : se venger du meurtre de James en t’éliminant. A la différence de moi, son ton n’était pas agressif, mais posé et solennel, comme s’il avait répété un discours. Toutefois, sa voix d’ordinaire mélodieuse, était sans chaleur, ni douceur.

_ A… Alice a eut des visions ? Je bégayais sur le prénom de sa sœur, en proie à une vive émotion. Alice ne m’avait donc pas oublié, elle continuait de veiller sur moi, quel soulagement se fut !

_ Rassure-toi, Alice ne t’espionne pas, elle aussi m’a juré de te laisser tranquille et de n’intervenir en aucune circonstance, comme je te l’avais promis. Elle ne fait que guetter Victoria.

Avait-il lu dans mes pensées ? C’est insensé, il n’y parvenait pas avant, alors pourquoi y arriverait-il maintenant ? A cet instant sa réplique éclata dans ma tête à l’instar d’une bombe. Je perdis mon calme feint et mon attitude fière, je n’étais plus que colère et fureur. L’image d’une bombe à deux doigts d’exploser s’imposa à mon esprit. Avant même de me laisser le temps de répliquer quelque chose de sec et claquant, il repartit dans ses explications.

_ Je ne désirais pas te dévoiler ma présence, en raison de la promesse que je t’ai faite. Cependant, à cause de l’altercation de la nuit dernière avec Jacob et de ton attitude cette après-midi dans les bois, j’ai compris que tu ne renoncerais pas avant d’obtenir des réponses. Par conséquent, j’ai décidé qu’il était préférable de tout de révéler et de répondre à tes interrogations concernant Victoria. Il se tenait face à moi, les bras le long du corps, un air sérieux inscrit sur son visage ne trahissant aucune émotion, l’indifférence incarnée ! Je ne connaissais plus cette personne, mais l’avais-je réellement cernais un jour ?

Un nouveau silence s’installa, et devant cette réponse et ce ton si officiel, ma rage avait été soufflée. Il était là quand je cherchais Jacob, il m’avait entendu et vu craquer. Mes yeux jusque là scellés sur ses lèvres, croisèrent les siens et je n’y vis rien. Étais-je devenue si insignifiante pour lui ? Dans ce cas, si je comptais si peu dorénavant, la tâche : celle de s’occuper de Victoria, devait lui être pénible !

_ Mais je ne t’ai rien demandé, tu peux retourner d’où tu viens et ne t’en fais pas pour moi ! J’avais mis mes mains sur mes hanches pour mieux lui cracher mes paroles. Alors il partit dans un rire, mais pas celui que je connaissais ! Ce rire n’avait rien à voir avec la joie ou la gaieté, il était cynique, car il était en train de se moquer !

_ Soit ! Toutefois, me permets-tu une question ? Je ne répondis pas mais le laissais continuer sa joute verbale. Comment comptes-tu t’y prendre avec Victoria ? Ma réponse ne mit pas plus d’une minute avant de sortir de ma bouche :

_ Jacob prendra soin de moi ! Je fis mouche sur le coup, son expression changea radicalement, et son sourire en coin disparu.

_ Plaît-il ! En attendant, je serais curieux de voir comment une bande de chiens galeux pourront faire contre Victoria, alors que cette dernière s’amuse à court-circuiter les visions d’Alice pour que l’on ne sache pas ce qu’elle complote ! Alors, il était au courant pour la transformation de Jake… ma surprise dût se lire sur mon visage, néanmoins, sa colère irradiait de tous ses traits grâce à ma répartie, et nous nous affrontâmes du regard un long moment.

_ Écoute, il baissa ses yeux au sol et passa une main dans ses cheveux, notre conversation devient stérile, laisse-moi t’expliquer clairement la situation ! Sans attendre mon approbation, il enchaîna d’un ton plus serein. Victoria est sur le campus, et projette de te tuer. Le problème est qu’elle a découvert que je la traquais et se doute que le reste de ma famille ne va pas tarder à rappliquer ! De surcroît, il ne serait pas étonnant, qu’elle soit aussi au courant pour les loups. Par conséquent, si elle veut nous affronter pour t’attraper, elle doit lever une armée supérieure numériquement à la notre, ou du moins toute aussi forte voire plus ! Je pense qu’elle va s’en prendre à des personnes de la région pour en faire des machines à tuer. Les nouveaux vampires sont plus forts que nous, mais pas assez prudents ce qui était un avantage. Il ne me fixait plus, mais contempler le sol boueux sans réellement le voir, mais sa voix c’était radoucie.

_ D’accord, et quel rôle suis-je censée jouer ? Je le vrillais du regard pour le forcer à me regarder, je voulais savoir ce qu’il pensait. Malheureusement, c’était peine perdue, il ne m’observait plus.

_ Ne t’inquiète pas, une partie de la meute va rappliquer d’ici peu, pour veiller à ta sécurité. Tu peux rester tranquille et dormir sur tes deux oreilles, puisque tu peux compter sur Ja… Sa langue fourcha et il reprit, sur tes loups, ils s’occuperont de toi comme c’est le cas depuis un moment apparemment ! Je vis ses muscles se crisper et les traits de son visage se tendre, quant à ses lèvres, elles n’étaient plus qu’un trait fin.

_ Donc, vous comptez régler le problème Victoria à vous seuls, alors qu’elle s’attend aussi à voir des loups-garous ? Je me maudis dès que je lâchais cette question, car je ne voulais pas qu’il pense que je m’inquiétais de son sort. Un petit rire s’échappa de sa bouche :

_ Ne te soucie pas de moi ou des miens, nous savons comment nous y prendre ! Cela ne te concerne pas, fais juste attention à toi ! Pas de sortie nocturne ou toutes autres choses du même acabit, tu me le promets ? Je me mordis la langue quand j’entendis sa demande.

_ C’était plus par curiosité que tout autre chose ! Je n’ai pas l’habitude de m’inquiéter pour des personnes qui se fichent royalement de mon état ! Piètre mensonge mais c’était la rage qui me dictait mes mots. Et puis au diable ta maudite promesse ! Quand bien même je souhaiterais sauter d’une falaise ou attenter à mes jours, je ne vois pas en quoi cela te concerne !

Un frisson me parcouru l’ensemble du corps, partant de ma nuque, pour descendre le long de ma colonne vertébrale et finir par s’éclipser autour de mes reins. Sans que je m’en rende compte, il était devant moi, ses yeux justes en face des miens, nez à nez. J’étais prisonnière de son odeur, enivrée par son haleine qui courait le long de mes joues, son souffle s’infiltrant en moi.

_ Ne te permets jamais de me juger alors que tu ignores tout ! Prenant soudain conscience de notre proximité, il fit un bond en arrière qui le ramena presque sous le couvert des arbres.

Pourquoi une telle colère ? Je n’avais fais que dire la vérité ! Pourquoi prenait-il la peine de venir jusqu’ici pour accomplir une sale besogne, alors qu’il m’avait abandonné, qu’il était parti sans se retourner ! Il avait rompu, et il jouait les offusqués aujourd’hui, la belle affaire ! Je sentie une vague me ravager de l’intérieur, une pression qui se fit sentir progressivement…

_ J’ignore tout ? C’est bien cela ? Oui, tu as raison je ne sais rien, même la raison pour laquelle tu m’as abandonné du jour au lendemain m’échappe ! Tu disais que j’étais ta vie ! Je tentais de refouler les sanglots, en vain, ils jaillirent tels des geysers de mes yeux. Tu ne sais pas par quelles angoisses je suis passée ! Quel a été mon sort après ton départ, mes insomnies, mes cauchemars, ma tristesse ! Et aujourd’hui, te voilà en chair et en os face à moi, pour m’annoncer quoi, j’essayais d’imiter ses gestes et sa voix : Victoria cherche à te tuer mais continue ton petit bonhomme de chemin, car je vais m’occuper d’elle. D’ailleurs, tu ne remarqueras même pas ma présence se sera comme si je n’avais jamais existé ! Va au diable Edward Cullen, si tout fois c’est possible ! Sur ses dernières paroles je lui tournais le dos et me précipitai vers la porte d’entrée. Je ressentie un froid glacial qui hérissa les cheveux de ma nuque, l’instant d’après il me saisissait par le poignet. Notre premier contact depuis un an… Il tira doucement sur mon bras pour je me retourne, ce que je fis sans résister.

_ Bella, je suis sincèrement désolé. Si seulement, je n’avais pas existé tout aurait été si différent. Aujourd’hui, tu serais une étudiante tout ce qu’il y a de plus normale, avec ses petits soucis du quotidien. J’espère de ne pas avoir compromis ta relation avec Ja… Il s’interrompit brusquement ne parvenant pas à continuer. Il affichait désormais, un air triste comme celui que j’avais connu des mois auparavant, mais ce temps là était révolu.

_ Trop tard le mal est fait et il est irréparable, tu vivras avec ce poids pour l’éternité ! Je retirai mon poignet de son emprise et me dirigeai vers la porte.

A peine la porte refermée, je me laissais couler de tout mon long contre cette dernière en proie à une crise de nerfs. Il fallait à tout prix que je me calme avant de monter dans ma chambre au cas où Lily serait déjà rentrée. Première retrouvaille depuis notre séparation et au lieu de le remercier de se soucier encore de mon sort, je l’avais envoyé au diable deux fois. Après tout, il n’était pas tenu à sauver la vie d’une jeune fille malchanceuse qui réussissait toujours à se mettre en péril. Quelques images défilèrent dans ma tête, revoyant son visage remplit de peine à l’évocation de mon chagrin, mais supporter sa pitié m’étais inconcevable.

C’est d’un pas lourd et peu stable que je parcourus les derniers mètres qui me séparaient de ma chambre.

***

Au loin, à l’abri des regards, un garçon se tenait contre un arbre, la tête sur le tronc, avec un air déprimé. Puis d’un seul coup, il se laissa tomber sur le sol et enfouit sa tête dans ses mains, en proie au chagrin qui l’accablait.

Si ce jeune homme avait pu pleurer, c’est sûrement ce qu’il ferait à cet instant ! Malheureusement, il ne pouvait libérer sa tristesse de cette façon. Au lieu de ça, tout son corps fut parcouru de soubresauts violents et cela dura une éternité.

***

Le lendemain matin, je fus réveillée de bonne heure, pour dire vrai je n’avais pas fermé l’œil de la nuit, mon cerveau étant resté bloqué sur ma rencontre inopinée d’hier soir. La nuit portant conseil (malgré mon état proche de l’hystérie dû à un manque de sommeil), j’étais déterminée à revoir Edward afin de le remercier de bien vouloir me débarrasser de Victoria, je devais au moins remarquer cette attention. Néanmoins, je ne comptais pas m’étaler sur le sujet, puisque le reste de mes propos étaient sortis de mon cœur.

Je me dépêchai de filer sous la douche et de m’habiller, le tout sans faire de bruit pour ne pas réveiller Lily, cette dernière étant rentrée très tard ou plutôt devrais-je très tôt ce matin ! D’ailleurs, je doutais qu’elle ne réussisse à se lever, d’autant plus que je ne serais pas là pour la sortir de son lit. Repassant par ma chambre, je pris le strict nécessaire pour prendre mes cours, un crayon et un bloc note, je n’avais que très peu de temps avant le début de mes cours et il fallait que je règle cette histoire très vite à défaut de ne pas cesser d’y penser toute la matinée.

Je sortis sans faire de bruit et m’élançai dans l’escalier. Une fois arrivée sur le perron je me mis à courir, mon objectif un coin sombre et venteux de préférence pour qu’il me sente et vienne à moi. Dans mon élan, j’oubliai de regarder droit devant moi, et percutai un mur… Un mur fort chaleureux puisqu’il me proposa sa main et me releva d’un coup sec sans avoir eu besoin de fournir un effort physique.

_ Regarde où tu mets les pieds Bella ! Je ne serais pas toujours là pour t’aider à te relever ! Jake me souriait de toutes ses dents, un sourire qui me réchauffa car il était franc et sincère.

_ Oui, j’y penserai à l’avenir !

J’aurai voulu parler davantage avec lui mais une tâche m’attendait et je ne pouvais la repousser ultérieurement. Cependant, deux choses me laissèrent perplexe par rapport à la situation. Tout d’abord, Jake ne cherchait ni à me retenir ni même à savoir où je courais, et ensuite en s’asseyant sur une des marches du perron, je vis qu’il tenait un sac en papier à la main. Me retournant complètement, je pris quelques secondes pour le regarder plus attentivement : ses cheveux d’habitude en bataille, avait été rafraîchit et proprement rassemblait en une queue de cheval, et constatai également un effort vestimentaire, le jogging avait laissé place à un jean certes délavé mais ni troué, ni rapiécé.

_ Jake, qu’est-ce que tu fais exactement ici avec ton sac, je penchais la tête pour lire le slogan écrit sur le sac, Starbuck Coffee ? J’étais curieuse de connaître ce qu’il allait me répondre, même si je comprenais clairement la personne qu’il attendait.

_ Euh… Et bien… En fait… Tu sais… Je commençais à trépigner sur place et il accéléra le débit. Bon, hier soir je suis tombée par hasard sur Lily, elle sortait de sa répétition et comme le coin n’est plus tranquille depuis l’arrivée de Victoria, je lui ai proposé de la raccompagner. Et de fil en aiguille, on s’est assis sur un banc pour parler.

Il jouait nerveusement avec ses doigts et ses yeux fixaient le bout de ses tennis. La situation était tellement cocasse, mon meilleur ami amoureux et qui n’arrivait plus à mettre deux idées bout à bout.

_ Cela explique pourquoi elle est rentrée si tard, et qu’elle dorme encore comme une marmotte ! Mais le rapport avec le Starbuck ? Je feignais l’ignorance dans le seul but de me régaler au maximum de cette situation, qui eut pour effet de m’alléger le cœur.

_ Pure politesse, je viens lui proposais un petit-déjeuner avant ses cours, des protéines et surtout une bonne dose de caféine ! dit-il en rigolant.

_ Si tu veux un conseil, commence dès maintenant à lancer des briques à la fenêtre pour la tirer du lit, car avant qu’elle ne se lève d’elle-même, ton café sera froid et tes muffins rassis ! Nous rigolâmes tous les deux de bon cœur, et je goûtais au plaisir de redécouvrir mon meilleur ami. Comme si rien n’avait changé. En fait, si, tout avait changé, puisqu’il était amoureux d’une autre.

Je lui fis un signe de la main et entamai un demi-tour quand une de ses questions me stoppa.

_ Où vas-tu si vite ? Un silence s’interposa entre nous le temps pour chercher ce j’allais lui dire mais il reprit : Ce n’est pas le bon chemin ! J’allais lui dire que je ne comptais pas me rendre à la faculté tout de suite mais il ne m’en laissa pas le temps. À l’heure qu’il est, il doit se trouver dans sa chambre d’hôtel, tu le repéreras facilement car il est juste à la sortie du campus. Il me sourit et hocha la tête pour me dire de m’en aller, ce que je fis après lui avoir envoyé un baiser. Si quelqu’un savait lire dans mes pensées, il ne pouvait s’agir que de Jacob.

L’hôtel était à deux pas de mon campus, je ne perdis pas de temps à le localiser, j’espérais seulement que l’accueil serait déjà ouvert à une heure bien matinale. En arrivant devant la bâtisse blanche, les portes coulissantes s’ouvrirent tout de suite. L’entrée était très lumineuse grâce aux baies vitrées qui laissaient entrer la lumière du soleil. Je fis quelques pas vers le bureau de la réception où se tenait un jeune homme, très certainement un étudiant de ma faculté travaillant pendant les nuits pour payer ses frais de scolarité.

_ Bonjour, lui lançais-je gaiement. Je souhaiterai voir Mr Cullen Edward s’il vous plaît ? Il répondit à mon salut puis plongea son regard dans un épais registre, d’où dépassait une liasse de feuillets, et glissa son index à la lettre C.

_ Je suis désolé, aucune personne se prénommant ainsi ne se trouve dans cet hôtel. Me répondit-il froidement. Jake m’avait bien parlé de l’hôtel se situant juste à la sortie, de toute façon il ne devait y en avoir plusieurs dans le coin. A moins que… bien évidemment il voulait garder l’anonymat pour ne pas être repéré ni par Victoria, ni par moi d’ailleurs… Je n’avais pas bougé de place en réfléchissant à ce détail.

_ Excusez-moi ? Je crois que je me suis trompée de nom. En fait, je voulais voir monsieur Anthony Masen. Quelle idiote ! Je me mis à pouffer de rire comme une adolescente pour ne pas inquiéter le réceptionniste sur mes intentions. Ce dernier me regardais bizarrement et mis un temps avant de replonger dans son listing, mais cette fois-ci à la lettre M.

_ J’ai une personne répondant au nom d’Anthony Masen, chambre 707, souhaitez-vous que je le prévienne de votre arrivée ? Me demanda-t-il soupçonneux.

_ Pas la peine, je suis attendue ! Enfin s’il pouvait lire dans mes pensées il allait être vite au courant. Alors que je marchais vers l’ascenseur, le jeune homme me dévisageait du regard… que devait-il penser ? Me soupçonnait-il capable de commettre un meurtre ? Quand bien même, je ne pourrais même pas l’égratigner, seuls mes mots pouvaient encore le blesser.

« Ding. Rez-de-chaussée » m’annonça poliment l’ascenseur.

Je rentrais dans la cage d’ascenseur, pressée de me dissimuler, ne pouvant plus supporter les regards interrogateurs du réceptionniste qui essayait de mémoriser mon visage au cas où il devrait témoigner sans doute. Les portes se refermèrent et j’appuyais sur le bouton du 7e étage, puis me collai au fond en repensant à ce que je devais lui dire, petite répétition.

« Ding septième étage »

La chambre 707 se trouvait à droite de l’ascenseur, je n’eus aucun mal à la repérer. J’inspirai profondément et toqua à la porte.

_ TOC… TOC… TOC…

Aucune réponse, aucun bruit de pas précipités vers la porte, aucun son dans la chambre. Je collai mon oreille pour en être certaine, une chose stupide car s’il l’avait voulu, il aurait même pu se retenir de respirer pendant une éternité, et rien ne pourrait attester de sa présence à mon ouïe de pauvre et simple mortelle. Cherchait-il à m’éviter ? Que ferait-il dehors avec un soleil si rayonnant !

_ Edward ? C’est Bella, excuse-moi de te déranger mais je voudrais te dire quelque chose… Je n’en aurai pas pour longtemps. Je n’appréciais guère être dans à la place du quémandeur, surtout auprès de lui ! Écoute, je voulais te remercier, par rapport à Victoria. Merci de bien vouloir me débarrasser d’elle alors que rien ne t’y oblige. Voilà c’est tout ! Bonne chance. Ma voix n’était plus qu’un murmure, un chuchotement sur la fin. Mais s’il était vraiment absent… Que faire ? J’arrachai une feuille à mon bloc note et écris quelques mots rapidement :

Je suis passée ce matin pour te remercier de bien vouloir t’occuper de Victoria. Effectivement, je ne sais pas comment j’aurais pu m’en débarrasser moi-même ! J’éviterai les bois pour un temps

Bonne chance et à la prochaine bonne continuation

Bella

Je glissai le mot sous la porte et attendis de voir s’il disparaissait, mais il ne bougea pas d’un millimètre. Je faillis le reprendre à plusieurs reprises, trouvant mon message trop niais et puis repoussais cette idée. Je fis quelques pas vers l’ascenseur me retournant toutes les secondes pour voir s’il était toujours là. Arrivée devant les portes de l’ascenseur, j’appuyai sur le bouton pour l’appeler, me penchant une dernière fois vers la porte je constatai que le papier venait d’être retiré.

_ Ding septième étage

Alors que j’allais me précipiter vers la porte pour tambouriner dessus comme une folle, je fus percuté par quelque chose qui me propulsa deux pas plus loin atterrissant sur les fesses, ma tête allant frapper le mur derrière moi, j’étais sonnée !

_ Bella ? C’est toi ? (non le pape !) Excuse-moi je ne t’ai vu qu’au dernier moment. Tu vas bien ? Edward s’était agenouillé pour être à mon niveau. Je pouvais sentir ses mains froides tâter ma tête pour voir l’étendue des dégâts. Je suis vraiment désolé. Dis-moi où tu as mal ? Veux-tu que je t’emmène voir Ca… Un médecin pour ta bosse ? Il était paniqué et affolé.

_ Non c’est bon je te remercie, ça va aller et puis ce n’est pas la première de la journée !_ Il se releva et me tendit sa main pour m’aider à me remettre sur pied. Je peux me relever toute seule, d’ailleurs je suis toujours en vie ! Un véritable exploit d… J’étais sur le point de lui répliquer une phrase bien cynique avant que je ne commence à vaciller en tentant de me lever, mais une main m’agrippa par la taille et accomplis ce que mes jambes n’étaient pas capable de faire.

_ Effectivement, un vrai exploit pour toi de rester en vie. Il rigola à ma réplique alors qu’il aurait dû très mal la prendre… Sinon que me vaux le plaisir de te voir ici ? Il se tenait devant moi, son sourire en coin et un sac sur le dos.

_ Humm… en fait je voulais juste te remercier de bien vouloir te charger de Victoria, alors merci pour tout, salut ! Je tournais les talons et me dirigeais vers les escaliers, mais une main me retint par le col de ma veste et me força à me retourner.

_ C’est tout ce que tu avais à me dire ? Merci, pas d’excuse ? Il se pencha vers moi et planta son regard dans le mien. Je fus déconnectée de la réalité pendant un bref instant qui me parut durer une éternité, je n’écoutais même plus ce qu’il me disait, seuls ses yeux retenaient toute mon attention. Seuls les derniers mots me firent sortir de mon admiration. Dois-je comprendre que tu n’es plus fâchée ? Comment pouvait-il me dire ça !

_ Hier soir, je n’étais ni fâchée, ni même vexée, mais seulement honnête ! A quoi joues-tu Edward ? Franche… Un grognement nous parvînmes depuis la porte de sa chambre, et son expression se modifia totalement, je pus y lire l’inquiétude.

_ Tu dois partir maintenant Bella, et s’il te plaît ne reviens pas ici ! Je te promets que d’ici quelques jours, Victoria appartiendra au passé. Mais en attendant fais attention à toi ! Il me prit par le bras et m’escorta jusqu’à l’ascenseur hâtivement, et une fois que les portes s’ouvrirent il me jeta presque à l’intérieur. Là j’étais vexée, en colère, tout ce qu’il voulait ! Il se débarrassait de moi sous prétexte que quelqu’un l’appelait… Oh …Q ! Edward n’était pas venu seul ! Un autre grognement retentit ainsi qu’un bruit d’ongles que l’on fait griser sur un mur. Des ongles… ceux d’une femme sûrement. Edward avait trouvé une autre fille… un vampire bien évidemment quelqu’un comme lui ! Les larmes affluèrent au coin de mes yeux, je me reculai au fond de la cabine pour qu’il ne s’en aperçoive pas !

_ Bella tu feras attention à toi ? Tu me le promets ? Me demanda-t-il anxieux. Avant que les portes ne se referment sur moi je lui répondis, tête baissée :

_ Je n’ai plus à te promettre quoique se soit Edward ! La Bella douce et docile n’existe plus, tu l’as tué de tes propres mains ! Après que les portes se soient refermées sur moi, je m’écroulai et fondis en larmes.

***

Juste après le départ de Bella, Edward se précipita vers sa chambre, pour alimenter en sang le monstre qui s’y trouvait…

 

Publié dans fiction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

la Bella du Quebec 01/10/2009 14:43


moi aussi je suis devenue fan de ta plume lessentiment que tu décrit dans ce chapitre Jake gêné Edward atrister la colere de Bella tu d'écrit ca super bien tu ses nous captivé j'ai hate a la suite


Néo 01/10/2009 22:29


oh tu ne sais pas à quel point tu me rassures. Tous les comm que je reçois me font énormément plaisir. Il s'agit de mon premier bout d'essai et je suis étonnée de voir la fréquentation de mon blog
augmenter et votre fidélité me rend folle de joie alors merci à toi


Sandra 21/04/2009 21:57

J'adore lorsque Edward "pleure".
La manière dont tu as illustré ce sentiment est magnifique. J'ai faillit pleurer moi-même.

Micro 29/03/2009 12:10

MDR ! Appart 707, on reconnait bien la fan de Nana x)
J'adore ce chapitre *w*
(mais bon... j'vais pas faire des commentaires sur tous les chapitres sinon on en a pas fini ^^)

Néo 29/03/2009 12:43


707... je cherchais une idée originale... et puis je voulais un clin d'oeil à Nana... = )


léna 28/03/2009 00:51

la suite est géniale, j'adore le jacob tout gêné.
et la relation de bella est edward prend une tournure que j'apprécie, qui change de la saga.
je suis fan de ta plume mais bon, tu le sais déjà.
j'attaque la suite.